res-templiers-nandrin : site officiel du club de foot de NANDRIN - footeo

Les amendes du comité provincial (La Meuse - H/W)

27 décembre 2016 - 12:30

Régulièrement, nos clubs reçoivent des amendes, focus sur ces sanctions financières 

Il existe des amendes pour à peu près tout: carte d’identité manquante, dopage, match burlesque...

Chaque semaine, le comité provincial liégeois inflige des amendes aux clubs, dirigeants, entraîneurs ou joueurs. Cela va de l’anecdotique à la très douloureuse.  

Quand on consulte La Vie Sportive, la publication de l’Union belge qui reprend les différentes décisions « juridiques » prises par les comités provinciaux à l’encontre des acteurs du foot provincial, on voit toutes les semaines des amendes être infligées. Qui a décidé des montants ? À quoi sert l’argent récolté ? Les clubs payent-ils toujours bien ?

« Il y a deux types d’amendes », débute Henri Fonbonne, le président du comité provincial liégeois. « D’une part, il y a celles qui sont fixées par le règlement de la fédération. Nous n’avons aucun pouvoir dessus et ne faisons que les appliquer. Cela représente environ 75 % des amendes infligées. D’autre part, il y en a qui offrent une fourchette en fonction de l’appréhension que nous avons, s’il y a intention ou non de tricher, si c’est plutôt maladroit. Il y a aussi un plafond en fonction du niveau des clubs. »

Il existe des amendes pour à peu près tout. Cela va de la carte d’identité manquante pour un joueur (2€), au cas de dopage (10.000€), en passant par le match burlesque (500€), ou encore l’absence d’entraîneur diplômé (68€ en P1), voire le match amical Séniors joué sans autorisation (200€). « Chaque année, les amendes sont indexées », ajoute par ailleurs Henri Fonbonne. Par ailleurs, les cas de récidives entraînent souvent une majoration des amendes infligées. « Par exemple, pour un joueur non-affilié inscrit sur la feuille de match, outre la perte des points, il y aura de 5 à 50€ d’amende pour le premier cas, puis 10 à 100€ voire 20 à 200€ pour un 3e cas. »

Si les amendes fixées par le règlement de la fédération ne souffrent d’aucune interprétation, pour les autres, le président du comité provincial liégeois nous dévoile la marche à suivre. « Quand il s’agit d’un cas en séance, on se base sur le rapport de l’arbitre ou sur la réclamation introduite par un club. À partir de là, on convoque toutes les parties pour comparaître et exposer leur version des faits. Ensuite, le comité, composé de 12 personnes, délibère et rend son avis », explique-t-il.

Présence conseillée

Quid en cas d’absence d’une personne ? « Si c’est le club qui est convoqué, il y a une redevance forfaitaire de 7,6€. Si la convocation est nominative et que la personne ne se présente pas, il n’y a pas d’amende… mais on compense dans la sanction infligée. Un joueur peut avoir un match de suspension en plus, par exemple. »

Pour récupérer l’argent, le système est très simple. « Chaque club possède un compte auprès de la fédération. Tous les mois, on envoie une facture à régler et les amendes y sont comprises », explique Henri Fonbonne. Et si les clubs ne payent pas ? « On envoie des rappels et cela peut aller, si le club persiste, jusqu’à sa radiation », développe-t-il. « Les joueurs sont alors libérés et c’est aux membres du comité, qui sont alors suspendus, qu’il incombera de régler les dettes dues pour lever la suspension. »

Quant à ceux qui accuseraient le CP de se faire de l’argent sur le dos des clubs, Henri Fonbonne coupe court. « Nous fonctionnons avec un budget annuel. Les amendes ne nous reviennent pas. ».

Julien Denoël

Commentaires