res-templiers-nandrin : site officiel du club de foot de NANDRIN - footeo

Duchesne : L’équipe se cherche encore... (La Meuse - H/W - 10/09/2016)

10 septembre 2016 - 16:16

François Duchesne et Templiers-Nandrin accueillent la Clavinoise (di.15h)  

Passé trois ans par la Clavinoise, François Duchesne a décidé de migrer du côté de Templiers-Nandrin cet été. Ce dimanche (15 h), le médian retrouve son ancienne équipe à qui il ne compte faire aucun cadeau !  

Arrivé cet été à Templiers-Nandrin, François Duchesne s’apprête déjà à retrouver ses anciennes couleurs ce dimanche (15 h). « Mais je ne considère pas ces retrouvailles comme primordiales. Je serai content de revoir mes anciens coéquipiers, mais le plus important c’est que Templiers-Nandrin prenne des points », lance le numéro 10, qui a vécu trois belles saisons chez les Claviérois. « Je n’en garde quasiment que des bons souvenirs et j’ai quitté en bons termes avec tout le monde. J’ai encore quelques contacts avec certains éléments du club et je suis allé voir mon ancienne équipe en amical pendant la préparation. »

François sait à quoi s’attendre dimanche. « Ce ne sera pas un match facile, car Clavier est une équipe qui se bat du début à la fin sur tous les ballons. Affronter ce type d’équipe n’est jamais évident. Surtout que mon ancien club n’a pris qu’un point jusqu’à maintenant et qu’il a besoin de se donner un peu d’air. Mais, niveau foot, nous avons les armes pour parvenir à mettre notre jeu en place. Si on attaque à 11 et qu’on défend à 11 je suis sûr qu’on récoltera quelque chose de cette rencontre. »

Car, avec un bilan de 5 points sur 12, Templiers-Nandrin est conscient qu’il a livré des débuts mitigés. « On arrive à créer de belles séquences de jeu, mais on est encore trop inconstant. Il y a eu beaucoup de mouvements au sein de l’équipe durant le mercato. Cela demande plus de temps d’adaptation afin que tout le monde trouve ses marques et que les automatismes se créent », explique François Duchesne, déçu de son début de saison personnel. « Je ne me sens pas encore bien intégré dans le nouveau système de jeu. J’ai besoin de temps pour apprendre à connaître mes coéquipiers et que les automatismes se fassent naturellement. »

Le numéro 10 ne regrette toutefois pas son choix. « Durant mes trois années à Clavier, on a joué les deux dernières pour le maintien. Vu que j’avais l’occasion de rejoindre un club avec un peu plus d’ambitions, j’ai sauté sur l’occasion, car c’était sans doute maintenant ou jamais. J’avais quelques offres dans la province du Luxembourg, mais étant donné que j’habite Modave et que Claude Libert, qui me coachait déjà à la Clavinoise, rejoignait Templiers-Nandrin, mon choix s’est fait tout naturellement », termine le médian condruzien.

Olivier Joie

Commentaires